Biotraduction

Choisissez le Bio même pour vos traductions

Dis-moi avec quoi tu traduis, je te dirai qui tu es

La traduction repose sur une action linguistique complexe qui consiste à transposer un texte d’une langue dans une autre. Avec l’explosion du numérique au XXIe siècle, le traducteur se voit proposer de nombreux outils pour réaliser ses traductions mais plus encore, se voit confier à la machine une partie de son travail. Dans ce sens, deux concepts s’opposent : le néologisme « biotraduction » et la traduction machine ou 1 traduction automatique (TA). Par définition, l’activité du biotraducteur ou traducteur humain est fondée sur l’approche dite « naturelle » de la traduction par l’Homme, qui agit comme protagoniste principal et qui traduit « manuellement » un texte.

Par opposition, la traduction automatique, utilisée par les sites comme DeepL ou Google Translate, repose sur l’intelligence artificielle et traduit ainsi à la place de l’Homme ; la machine est donc au coeur de l’action linguistique. Il faut toutefois distinguer la TA des logiciels de traduction assistée par ordinateur (TAO) comme SDL Trados Studio ou memoQ, qui permettent de traduire du contenu sur ordinateur et qui assistent le traducteur dans ses tâches, en tirant parti de traductions déjà effectuées, elles-mêmes stockées dans des mémoires de traduction. Mais face à l’arrivée des outils de TA et de TAO de plus en plus performants, la biotraduction est-elle réellement amenée à disparaître ?

TA et TAO, symboles de progrès technologique considérable

Bien souvent, l’utilisation de la TA et TAO a tendance à être rejetée par les traducteurs, qui conçoivent ces outils comme une réelle menace à la pratique de leur métier. Néanmoins, la TAO et les sites de TA offrent de nombreux avantages pour le traducteur. En premier lieu, le gain de temps reste indéniablement considérable puisqu’à l’aide des logiciels de TAO, les segments préalablement traduits qui alimentent la mémoire de traduction sont générés et n’ont plus qu’à être vérifiés et validés par le traducteur. Car l’utilisation de TAO nécessite une partie manuelle, où le traducteur se doit de vérifier sa traduction (post-édition) dans le but d’obtenir un résultat satisfaisant. C’est bien là toute la finesse de ces outils : ils ne traduisent pas seuls, le rôle du traducteur reste central et crucial. De plus, les logiciels comme SDL Trados sont interactifs, relativement utiles au métier de traducteur et vont lui permettre de gagner en confort de travail.

Les sites comme DeepL ou Google Translate, qui ne cessent d’évoluer depuis 2016, génèrent une traduction dite automatique et doivent être salués pour leur prouesse technologique. Bien qu’ils ne proposent pas de traductions qui soient encore totalement satisfaisantes, leurs travaux permettent de saisir l’idée principale d’un texte ou peuvent servir de base à une traduction humaine.

Il faut savoir que de nombreuses institutions développent leur propre dispositif de TA, comme la Commission Européenne et son outil eTranslation, qui permet à tous les citoyens européens de disposer de la traduction d’un document officiel dans n’importe quelle langue européenne. Il est donc important de reconnaître la TA comme progrès incontestable et véritable outil pour le traducteur, même si elle reste encore aujourd’hui pointée du doigt pour ses éventuelles traductions incorrectes et fait l’objet d’une multitude d’exemples caricaturaux.

La nécessité d’un bio-traducteur

Cependant, l’utilisation de la TA et des outils de TAO est limitée. En effet, même si ces outils évoluent sans cesse, ils sont dans l’incapacité de prendre en compte de nombreux éléments qui sont nécessaires à l’obtention d’une traduction fiable et de qualité (Biotraduction). À titre d’exemple, la prise en compte du public cible, que ce soit en termes d’âge ou de variété géographique est relativement restreinte, bien qu’elle soit disponible sur des logiciels de TAO. Pour une traduction fiable, la connaissance et la maîtrise de la langue par le traducteur reste primordiale, notamment si l’on rencontre des termes polysémiques dans un texte qui sont très difficilement appréhendés par la machine.

De plus, la TA est encore inefficace pour l’adaptation de codes culturels. En effet, cette dernière est primordiale pour la traduction de la littérature jeunesse notamment, qui se doit d’adapter culturellement de nombreux éléments au sein de l’ouvrage, que ce soit les comptines, les jeux ou encore les repas des personnages pour obtenir des références culturelles partagées par le public cible. Enfin, dans le cas d’une traduction de contenu à forts enjeux créatifs (en transcréation ou en traduction marketing), l’approche créative est inévitable, ce à quoi la TA n’a pas la capacité de répondre. Dans tous ces domaines, l’intelligence artificielle de la TA demeure insuffisante, puisque le niveau de qualité proposée ne peut être accepté.

Pour obtenir un résultat fiable, les traductions doivent toujours être révisées par un traducteur professionnel qualifié. Dans ce sens, le traducteur humain peut difficilement être remplacé par la machine et représente bien une réelle plus-value au métier. Ainsi, le traducteur a encore de beaux jours devant lui, bien que le temps de la traduction sans aide numérique soit bel et bien révolu. Il est important d’accepter la pratique évolutive de la traduction, par le biais de ces outils qui deviennent un véritable atout au service du biotraducteur. Ceci nous pousse également à nous interroger sur l’éventuelle nécessité d’enseignement à la maîtrise de ces outils, qui ne pourront désormais plus être ignorés dans notre ère numérique.

Notre agence de traduction sur Nantes propose un service de biotraduction dès 0,08 EUR par mot source seulement.

Alexandra AKOCHIAT 

Avatar
Alexako
Cet article a été rédigé par Alexandra Akochiat. Alexandra est une excellente traductrice et rédactrice pour notre agence de traduction Nantes Translate. Ses passions sont les langues et les voyages. Française d'origine, elle aime parcourir le monde à la recherche de nouvelles cultures et de quoi pratiquer les langues étrangères. Si vous souhaitez également rédigez des articles pour notre agence, n'hésitez pas à nous écrire un mail.

Laissez nous un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :